Un RIG de minage

 
1000_F_217241762_fUtoKPCco6TkGzSlOeqWQGa

Le minage d’une cryptomonnaie consiste à faire valider par un «mineur» une transaction/action réalisée par des utilisateurs de cette cryptomonnaie.

 

Les cryptomonnaies étant par définition complètement virtuelles et décentralisées, lorsque André achète des bitcoins à Manon, il est impératif de s'assurer de la conformité des transactions : André a-t-il des soldes de bitcoins suffisants ? L'opération passe-t-elle par de bonnes règles de signature et de validation des intervenants ? Etc.…

C'est cette vérification, qui est en fait une recherche mathématique de données basées sur la puissance de calcul, qui s'appelle le minage de cryptomonnaie. L'ensemble des opérations est appelé un bloc, et une fois vérifié par le minage, il est ajouté à la blockchain. L'approbation de bloc déclenche une récompense pour le mineur qui a initié l'approbation.

 

En fait, le minage de cryptomonnaie implique de résoudre des problèmes cryptographiques envoyés via la blockchain, de sorte que des quantités inimaginables de données doivent être analysées le plus rapidement possible pour résoudre les problèmes de cryptage tout en validant les blocs, en les ajoutant à la blockchain et en payant les mineurs. Un RIG de minage peut être physiquement utilisé pour cela. C'est un "ordinateur" dédié au minage, il est donc conçu pour analyser le plus rapidement possible de grandes quantités de données afin de pouvoir vérifier un maximum de blocs.

 

Chaque proposition de réponse au problème cryptographique soumis par le réseau est appelée un hash. Le but du rig de minage est de maximiser ce qu’on appelle le hashrate, qui est le nombre de hash calculé et envoyé par seconde.

 

Pour cela, il est nécessaire d'avoir un équipement adéquat pour les obtenir des meilleurs résultats. L'objectif est d'utiliser du matériel qui maximise la puissance de calcul et minimise la consommation d'énergie, car les RIG  de minage sont conçues pour fonctionner 24h/24 et 7j/7, dans le but de valider autant de transactions que possible. C'est pour cette raison, et pour optimiser le refroidissement des composants tels que les cartes graphiques que les RIG n'ont généralement pas de boîtiers fermés, mais sont plutôt constitués de simples tôles en bois ou en plastique.

 

Au début des cryptomonnaies, un simple processeur (CPU) d'un ordinateur personnel pouvait être utilisé. Plus tard, il s'est avéré plus convaincant d'utiliser une carte graphique (GPU) avec une meilleure puissance de calcul. En 2012-2013, les cartes graphiques ont été remplacées par des FPGA (Field Programmable Gate Arrays), et en 2014 par des ASIC (Application Specific Integrated Circuits), destinés uniquement au minage.

 

Notez que les ASIC ne sont pas aussi efficaces sur toutes les cryptomonnaies. Ils sont indispensables sur la blockchain Bitcoin, mais sont beaucoup moins efficaces sur d'autres devises comme Ethereum ou Flux.

 

En résumé, les mineurs doivent utiliser des composants adaptés à l'algorithme de la blockchain utilisé, dont les principales caractéristiques sont la puissance de calcul globale et la faible consommation d'énergie.